logo Hauptwerk.nl text Hauptwerk text since Retour Backer Medemblik Consoles(s) System requirements Mp3-Demos

1. Histoire de l'orgue Pieter Backer de l'église Boniface de Medemblik
Histoire de l'orgue Pieter Backer

Pour cette présentation historique sur ce site de l'orgue Pieter Backer nous allons nous référer à trois sources différentes:

< En 1967, est sorti un album où Willem Talsma jouait l'orgue Pieter Backer. Le texte accompagnant cet album, écrit par Cor Edskes donne un aperçu de l'histoire de cet instrument à travers les siècles.
< Gerard Verloop a publié plusieurs brochures sur les orgues d'Oosthuizen et de Monnikendam dont nous avons repris certaines parties.
< Enfin, la source la plus récente est l'histoire de sa restauration, réalisée par étapes de 1988 à 2000.

Un certain nombre de photos publiées sur cette page datent d'avant la restauration du buffet d'orgue en 2000, qui était alors encore en imitation de chêne. Les photos montrant une imitation d'acajou sont postérieures à cette restauration.
L'orgue de l'église Bonifacius de Medemblik 1671-1785

Les documents d'archives qui ont été conservés contiennent peu d'informations sur l'histoire de l'orgue de cette église. Un historique parfaitement fiable de cet orgue ne peut donc être fourni. On peut supposer que l'instrument actuel n'a pas été le premier dans cette église. La construction de l'orgue a été achevée en 1671. Cela est précisé sur un cartouche, présent au dos du dos positif. Pieter Backer, organiste à Medemblik, est mentionné comme en étant le créateur.

En fait, ce cartouche est la signature du facteur d'orgue. Les attributs frappants ici sont la boussole et la règle. De nombreux constructeurs et facteurs d'orgues ont utilisé ces attributs dans leurs armoiries. Il suffit de signaler ici des personnes comme Schnitger et Silbermann. Après tout, la boussole et la règle étaient des instruments qui jouaient autrefois un rôle non négligeable dans tout le processus de construction d'orgues. On sait peu de choses sur le créateur, Pieter Backer. Dans la chronique de Cornelis Jansz. Opperdoes d'environ 1670, nous lisons en 1668: "En mai mai, M. Pieter Backer, organiste de Grootebroek, remplace ici l'organiste décédé avec un salaire de trois cents florins et hébergement gratuit ou cinquante florins et la nourriture".
Les antécédents de Pieter Backer n'ont pu être mis en lumière. Le fait que Pieter Backer ait déjà eu un prédécesseur en tant qu'organiste prouve sans conteste qu'il y avait déjà un orgue dans l'église avant la construction de l'instrument actuel.

Son prédécesseur, Hendrick Jansz. Prins est connu pour son recueil de chansons "Medemblikker Scharrezoodtjen". Sa pierre tombale est toujours dans l'église de Bonifacius.
Avec Pieter Backer, nous trouvons le cumul, jadis si commun, d'organiste et de facteur d'orgue. Hormis ses activités de facteur d'orgue à Medemblik, nous savons très peu de choses le concernant. Dans les années 1674/75, il a effectué des réparations sur l 'orgue de l'église St. Stevens à Hasselt (O). Entre autres, il y a introduit de nouveaux registres. En 1676, il travaillait à l'orgue de la Grote Kerk de Hoorn. Cela est indiqué par C.A. Abbing dans son "Bref historique de la ville de Hoorn", publié en 1839. Cette réparation a été adjugée pour 2000 florins. Pieter Backer y est également nommé organiste et facteur d'orgue à Medemblik. La chronique d'Opperdoes nous informe comme suit de la réalisation de l'orgue de Medemblik:
"La même année (1670), le 30 décembre, l'orgue nouvellement construit est chez M. Pieter Backer, organiste, réformé, après un travail continu durant cette période, qui a duré deux ans; il a été enregistré et déclaré être de bonne facture par deux ou trois autres organistes ayant été convoqués sur place. Le buffet et les travaux annexes ont été réalisés par Jacob Dirckz. Laechlant le jeune. Les sculptures au dessus du buffet sont l'œuvre de Jan Meegh, mais Jan Meegh était sur le point de mourir, elles ont été achevées, ainsi que les armoiries, par Johannes Kinnema d'Alckmaer. L'orgue a été peint et doré par Adrijaan Spangjaert".

Hormis ces déclarations, qui parlent d'elles-mêmes, nous ne disposons que de très peu d'informations complémentaires. Le contrat de construction a probablement été perdu. Cependant, certains projets ont été conservés. On peut en déduire ce qui suit: 1034 livres de plomb ont été utilisées pour la tuyauterie, 7,5 livres de brasure ont été utilisées pour souder les tuyaux.
De ces quantités on peut déduire que, dans tous les cas, la grande majorité de la tuyauterie métallique a été fabriquée par Pieter Backer. En étudiant les anciennes tuyauteries, on arrive également à cette conclusion, à l'exception de quelques tuyaux de l'Octaaf 4 'et du Holpijp 8' du Borstwerk. Le buffet a probablement également été entièrement rénové, à l'exception peut-être de la base du G.O. Cela donne toutefois une idée d'un certain nombre de fonctionnalités plus anciennes. Le plomb qui a été principalement utilisé pour la tuyauterie est encore visible. La tuyauterie de Backer a une teneur en plomb très élevée.

On a parfois émis l'hypothèse qu'une partie des tuyaux et en particulier ceux de la façade du Récit (Borstwezk )pourraient être plus anciens; quoique cela paraisse peu probable. On se base principalement pour dire cela sur la petite taille de cette division. Mais cela ne doit en aucun cas être tenu comme étant une preuve, car les pratiques de jeu de l'époque ne nécessitaient pas un récit très important.
On peut dire de la facture de Pieter Backer qu'il adhérait pleinement à la vision traditionnelle de la construction d'orgue hollandaise. On peut également déduire des témoignages de l'époque que cet orgue a été apprécié dès sa construction. À propos de la partie inférieure de l'instrument, il se peut que ce Positif (rugwerk) ait également été de taille limitée. Lors des restaurations ultérieures les sommiers se sont avérés être trop petits. De plus, il apparaît que l'orgue avait des portes qui pouvaient être ouvertes et fermées au moyen d'une corde. Les tuyaux avant en plomb étaient recouverts d'une feuille d'étain. Dix douzaines de morceaux de feuilles d'aluminium proviennent d'Amsterdam. qui avait apparemment une certaine réputation pour la production de papier d'aluminium martelé. Une feuille d'étain venant d'Amsterdam a également été utilisée pour l'orgue de la Stadtkirche de Celle (Allemagne). Cela a été constaté dans les années 1952/53 lorsque cet instrument a été construit par Hermann Kroeger.
Une grande partie des sculptures en bois de l'orgue a été réalisée par Evert Hans Spaniaert. Il a également construit un certain nombre de tuyaux en bois, dont 15 grands tuyaux et 15 chalumeaux. On ne sait pas bien s'ils étaient en façade ou à l'intérieur. Nous avons également les noms d'un nombre important de jeux.
Il n'est pas impossible que certains d'entre-eux aient été des jeux d'anche.

Ce qui est frappant à propos de l'orgue, c'est que l'unique Regaal du Récit (borstwerk) est entièrement faite en bois de poirier. Le languette et son support sont faits d'une seule pièce. C'est le seul registre de ce genre dans notre pays. On a parfois cru que ce jeu provenait d'un orgue encore plus ancien, mais compte tenu des nombreux ouvrages en bois faits par Pieter Backer, il est pratiquement certain que ce jeu est de lui.

Il est dommage que nous ne puissions plus nous faire une idée complète de la disposition originelle de l'orgue. Ceci est principalement dû au remplacement du positif de dos. A l'époque, l'orgue était placé sur le mur nord de l'église, non loin du chœur. Un tel emplacement était chose courante.
En plus des considérations acoustiques, d'autres facteurs peuvent également avoir joué un rôle dans cette position sur le mur nord. Le mysticisme médiéval peut aussi avoir eu son influence dans ce choix. Après tout, en regardant l'autel, le côté nord était le côté gauche, ou - le mot dit tout - le côté sinistre. C'était le côté où vivait le diable. Comme l'orgue était souvent considéré au Moyen Âge comme un instrument du diable - ce qu'indiquent souvent des têtes du diable surmontant les tuyaux de façade - il n'est pas surprenant que la place de cet instrument ait été, de préférence, du côté nord.

La première mention d'une modification de l'orgue après sa construction date de 1766. Il s'agit d'une communication de l'organiste de Medemblikker: Goedkoop Smit. Il était organiste dans la seconde moitié du siècle dernier, son témoignage doit donc être considéré avec une certaine prudence. Apparemment, il était également le journaliste de M.H. van 't Kruijs, qui mentionne également l'orgue dans son recueil de dispositions. Selon lui les 4 soufflets auraient été renouvelés en 1766 et un nouveau registre installé.
Il n'est plus possible de savoir de quel registre il s'agissait et l'exécuteur testamentaire n'est plus connu.
En 1784, le positif de dos s'est avéré être en mauvais état. La tuyauterie s'est effondrée lors d'un accordage. On a demandé conseil au facteur d'orgues Bätz d'Utrecht, qui avait déjà réparé l'instrument. En 1778, on lui en a confié l'entretien, après la fin de son association avec ses deux frères. Bätz a ensuite été chargé de réaliser des travaux assez importants. Il est regrettable que le contrat avec Bätz ne puisse pas non plus être retrouvé. > Un premier rapport à ce sujet se trouve dans le "Boekzaal van de Geleerde Waereld", novembre 1785, p. 618. Ici, nous lisons:
"Medemblik le 2 octobre (1785). La restauration de l'Orgue de notre groote Kerk a été faite par le Puits Rév. Lord A.C. Swaving, en accord avec le psaume lXXXIII: 1b, 2 Louez le Tout-Puissant, Louez-le avec la Harpe, chantez-lui des louanges, avec le luth et un instrument à dix cordes. L'instrument a été considérablement amélioré par la main habile de M. Christopher Bätz (facteur d'orgue et de clavecin à Utrecht), et doté d'un tout nouveau positif de dos, composé des registres suivants:
1 Preastant 4 pieds
2 Holpijp 8 pieds
3 Roerfluit 4 pieds
4 Quint 3 pieds
5 Octaaf 2 pieds
6 Sexqualter 2 rangs, dessus
7 Mixtuur 3, 4, 5, 6 st. sur un demi clavier
8 Trompet dessus 8 pieds
9 Dulciaan baskant 8 pieds
Ceci est certifié par Heeren Bruinier, Organiste à Enkhuizen, après un examen sérieux du travail réalisé".

L'apport de Bätz est allé encore plus loin. Une toute nouvelle tribune a été faite, supportée par quatre colonnes en pierre. Sur la pierre tombale de Nelis Sijbesten Kuypers, décédé en 1667, on peut lire ce qui suit (dont nous réservons la traduction aux spécialistes du néerlandais ancien):
"Het orgels soet accoort mogt ons als grafnaelt weze. Daaronder ruste wij meer als een eeuw voor deze. Haar nieuwe steuncolom verdreef ons uyt dat sant. De meester van het graf, Jan Ham, boodt ons zijn handt en heeft aan 't kil gebeent dit graf ter woon gegeve. Dit zij te zijner eer op deze steen geschreve A 1784".
Le 28 septembre 1785, Bätz a terminé son travail. L'œuvre l'ayant déçu, il demande d'être indulgent. Il parle également d'une modification des tuyaux d'un clavier, sans fournir plus de précisions. Le coût total des travaux s'est élevé à 4 913 florins, 6 stuiver et 12 pence. Il est presque certain que les volets ont également été remplacés par ceux qui sont encore présents. Dans un inventaire du 13 mars 1799, les changements de 1784/85 sont à nouveau mentionnés, avec la disposition du rugwerk. On dit aussi que la basse du Holpijp a des tuyaux en bois, que la Sesquialter 2 est puissante ainsi que la Mixtuur 2-4, ce qui est inexact.
On note également que le Récit (borstwerk) a conservé sa puissance.

En 1809, l'orgue fut réparé par le facteur J.W. Gerstenhauer de Monnickendam. Les frais s'élevaient à f. 250.-. L'orgue a été entretenu au siècle dernier par Knipscheer et plus tard par Flaes et Brunjes. En 1853, les registres Sesquialter, Quiintadeen et Octaaf 4 'sont encore mentionnés. Cela concerne probablement les jeux correspondants du G.O. (Manuaal). La disposition à cette époque est donnée par van Broekhuijzen dans son recueil de dispositions. On peut y lire:
Manuaal:

Prestant 8'
Bourdon 16'
Quintadeen 8'
Octaaf 4'
Superoctaaf 2'
Sesquialter 2 rangs
Mixtuur 4 rangs
Scherp
Trompet 8'

Borstwerk:

Holpijp 8'
Octaaf 4'
Superoctaaf 2'
Sesquialter 2 rangs, dessus.
Regaal 8'
Rugwerk:

Holpijp 8'
Prestant 4'
Roerfluit 4'
Quint 3'
Octaaf 2'
Sesquialter 2 rangs dessus.
Mixtuur 3-6 rangs
Trompet 8' dessus.
Dulciaan 8' basse

Speelhulpen:

2 Vannes
Tirasse
Tremblant
Sesquialter 2 rangs dessus.
Ventil

En 1858, il y a été question de réduire la taille de l'église, déjà reconstruite à moitié après l'incendie de 1517. On a pensé que l'orgue ne serait probablement plus adapté aux nouvelles dimensions. Le 31 janvier 1859, il fut donc décidé de réduire la taille de l'église "de style gothique". Le conseil municipal a donné son accord pour que la soufflerie soit déplacée dans la tour.
Le facteur d'orgue J.H. Overdiek à Medemblik a reçu la mission de déplacer l'instrument vers le mur ouest. Il a également été chargé de réparations pour un coût de 300 florins; compris le remplacement des claviers. En 1861, l'orgue a été endommagé par la foudre. Plusieurs tuyaux avaient fondu et les pales du ventilateur se fissuraient.On a demandé au facteur Van Dam de Leeuwarden de remédier aux dégâts. Bien qu'il ait existé une description très précise et détaillée de l'état de l'orgue, elle n'a pas pu être retrouvée dans les archives. D'après M.H. van 't Kruijs ces réparations se seraient montées à 2000 florins. Le travail de van Dam n'a porté que sur l'instrument. Au récit, une flûte bouchée de 4 pieds a remplacé la Sesquialtera. Au G.O, la Trumpet 8 'a été changée, le Scherp supprimé, une Roerfluit 4' ajoutée, le Quintadeen remplacé par une Holpijp 8 '. Les plus gros tuyaux du Bourdon 16 'ont été remplacés par des tuyaux en bois. En raison du manque d'espace, ceux-ci ont été placés à l'extérieur du buffet On ne sait pas si la soufflerie a été complètement refaite. Bätz l'avait peut-être déjà fait. En tous cas, la disposition de la tuyauterie a été modifiée par van Dam.

Aucun changement n'a ensuite été apporté au po sitif de dos. Après l'intervention de Van Dam, plus aucun travail important n'a eu lieu. Les tuyaux en façade, à l'origine recouverts d'une feuille d'aluminium, ont été recouverts par du bronze d'aluminium. Enfin, l'accouplement manuel des claviers a été remplacé il y a environ 15 ans par un autre, pouvant être actionné au pied. En 1964/65, des réparations ont été effectuées par la société Flentrop de Zaandam. L'ensemble a été nettoyé et des dommages réparés. L'alimentation en air du récit, dont les peaux étaient plus ou moins décollée, a été entièrement recollée. L'accouplement des claviers a été restauré dans son état d'origine. La disposition est restée inchangée. La tuyauterie a été accordée au tempérament Andreas Werckmeister (vers 1700). La longueur des tuyaux prouvait en effet que c'était l'accord choisi par Bätz en 1784/85. Cet orgue est l'un des premiers à avoir retrouvé son tempérament d'origine.
L'histoire récente 1986 - 2000

1986 - Klaas Bolt a visité l'orgue (sur demande) en juillet 1986 et a conseillé aux marguilliers de procéder à des réparations du soufflet avant sa restauration.
- Une enquête plus approfondie a révélé que l'état de l'orgue était loin d'être optimal.

1987 Sur demande, la Commission des Orgue de l'Église réformée néerlandaise (OCNHK) a enquêté sur l'état de l'orgue et a rendu son rapport le 24 août 1987 - Par contrat du 27 septembre 1987, Klaas Bolt a été nommé conseiller pour la restauration.

1988 Klaas Bolt a consulté la Sté Flentrop et, sur la base de l'estimation de cette entreprise, a fixé le montant des travaux à 522 000 florins - Le 24 mai; dans une lettre à B&W il demande aux marguilliers d'inclure la restauration de l'orgue pour 540 000 florins dans le budget pluriannuel.

1989 Une rapide détérioration de l'état de la soufflerie nécessite la demande d'une subvention pour la refaire. L'autorisation d'effectuer cette opération est donnée par le RDM au titre de restauration partielle.
- cela a été commandé et réalisé par Flentrop.

Restauration de la soufflerie

La puissance sonore de l'orgue Pieter Backer continuant de diminuer, faute de vent, il fut décidé en 1989 de restaurer la soufflerie.
Début novembre, les quatre soufflets ont été démontés et sortis de la tour pour être transportés à l'atelier du facteur d'orgues Flentrop de Zaandam. Avant cela, les employés de la municipalité de Medemblik ont démonté le coffre où se trouvaient les soufflets et l'ont équipé de trappes d'inspection. Un entretien régulier pourra donc être effectué à l'avenir. Le porte-vent entre la tour et l'orgue était tellement inaccessible qu'il a également dû être démantelé. L'un des problèmes était que ce porte-vent avait été maçonné par erreur lors de la restauration de la tour, de sorte que la démolition nécessaire devait être effectuée en premier.
Ensuite, il s'est avéré que seulement quelques pièces en cuir maintenaient le tout assemblé. C'était un miracle que l'orgue puisse encore se faire entendre raisonnablement! Lors de cette restauration, les soufflets ont été complètement démontés, les joints de bois réparés, les fissures dans le bois rebouchées, certaines pièces en bois remplacées, le tout remonté avec une colle de haute qualité et le tout muni de cuir neuf. Juste à temps pour les offices religieux de Noël 1989, les soufflets ont été replacés dans la tour, une nouvelle soufflerie a été installée et tout a été ajusté.

Lors de la restauration de l'église, des jeunes y sont entrés par des fenêtres ouverts et ont endommagé l'orgue. Cela concernait principalement des éléments en façade pouvant être réparés par Flentrop. Les garçons ont été rapidement retrouvés par la police et on a pu remédier aux dégâts.

1990 En raison du décès de Klaas Bolt, Jan Jongepier est nommé conseiller. Ce dernier consulte le RDM et la société Flentrop.

1991 Jan Jongepier a été remercié pour des raisons personnelles.
- La restauration de l'église est envisagée, ce qui pourrait nuire (financièrement) à la restauration de l'orgue.
1992 Nouveau conseiller, en la personne de M. Cor Edskes. Ce dernier consulte le RDM ainsi que le agences d'architectes rest.cie et arch.buro i.v.m. pour les questions relatives à l'orgue lors de la restauration de l'église.
Il a été décidé de laisser l'orgue à l'intérieur de l'église afin de pouvoir apporter une évaluation plausible sur la manière de le restaurer après l'achèvement de l'église, prenant en considération le climat et l'acoustique de l'église après restauration.

Un rapport sur l'orgue et un plan-cadre pour sa restauration ont été rédigés par M. Edskes avec un certain nombre de variantes concernant les différentes phases de cette restauration.

Le RDM s'est opposé aux coûts de la partie restauration concernant le G.O (Hoofdwerk) - La remise en état du soufflet, payée par le SPBO, sera réglée avec v.w.b. sur la subvention de 80%.

1993 Une décision de restauration de la phase 1 pour 189 598 florins est émise par le RDM. Paiement en 1997 et 1998. Cette décision précise également que le RDM considère que les coûts des phases 2 et 3 sont trop élevés et souhaite recevoir des précisions à ce sujet.

1994 L'ordre de restauration est donné à Flentrop, les travaux devant obligatoirement être commencés au plus tard le 31 décembre, en vertu des conditions fixées par les sponsors.

1995 En mars démontage et évacuation de la tuyauterie.
1996 déménagement arrêté en raison du climat dans l'église. En hiver 95-96, l'humidité relative de l'air s'est avérée si basse qu'on pouvait craindre des dommages sur les ouvrages à restaurer.

1997 En accord avec le comité de direction à propos du taux d'humidité, des alarmes et de la surveillance du climat dans l'église, le rugwerk a été remonté.
Lors d'une inspection finale, le résultat a été écouté de manière critique par la l'administration publique. Le directeur de l'époque, Hans Steketee, de Flentrop, a fait une démonstration de l'orgue. Onno Wiersma du gouvernement national, entre autres, a jugé le résultat excellent, ce qui a conduit à l'octroi de l'autorisation (et d'une subvention) pour démarrer la phase finale de la restauration.

En 1999, Flentrop a été chargé de procéder à la restauration du hoofdwerk (G.O.) et de la transmission.
Octobre 1999 les tuyaux et les sommiers sont retirés de l'orgue et transportés à l'atelier de Flentrop. L'objectif de cette restauration était de maintenir la situation telle qu'elle avait été laissée par Van Dam en 1861. À une exception près concernant le Borstwerk. Là, la disposition antérieure à 1861 a été reconstituée. Van Dam a enlevé la sesquialtera, a placé une Roerfluit de 4 ' à la place de l'Octave 2' et a utilisé la place laissée vide par la Sexqualtera pour les tuyaux d'aigus de l'Octave 2 '. Les raisons pour changer cette situation étaient que le Roerfluit, directement derrière la regaal, gênaient l'émission et l'écoute des registres placés derrière. Flentrop a fabriqué une nouvelle Sexqualtera et des tuyaux pour la basse de l'Octave 2. Ainsi on retrouvait, pour le borstwerk, sa disposition de 1671.



Reproduit avec l'autorisation de le website de Bonifaciuskerk



  Cette page a été traduite par Gérard Lefranc ®

  Hauptwerk.nl est une initiative de Sygsoft Holland. KvK 24400165. Dernière modification 28-11-2021